Les 2 étapes de la mort

En métaformie, on considère qu’au moment de la mort, le corps physique, devenu inerte, libère des données qu’il a enregistrées pendant la vie de la personne.
Les mémoires (évènements non assimilés) se positionneraient sur les 3 niveaux psychiques.
Les souvenirs (évènements assimilés) trouveraiennt leur place dans les 3 niveaux informationnels.

On imagine alors que la personne décédée continuerait à sentir et à voir par son système éthérique, sa personnalité serait toujours active même sans corps physique. Elle aurait 49 jours pour harmoniser les mémoires inscrites dans son système psychique.

 

©Catherine Atger

 

Cette 2eme étape de la mort pourrait se résoudre à différents moments : très vite après la mort ; à 49 jours ; ou très longtemps après.
Dans tous les cas, elle aurait lieu seulement lorsque toutes les mémoires sont traduites en souvenirs.
On imagine que le système psychique vide pourrait alors se décomposer, à l’instar du corps physique.

Au delà des 49 jours, si toutes ces mémoires n’ont pas basculé dans les champs informationnels, le psychisme deviendrait « autonome » (on l’appelle alors par commodité une entité, un fantôme, …), vibrant sur une fréquence de souffrance.
On se représente que ce système psychique isolé pourrait entrer en résonance avec celui des vivants et s’alimenter de leur énergie physique. Il continuerait à vivre ses problèmes non résolus à travers la vie de quelqu’un d’autre.

 

Le concept des 49 jours après la mort physique se retrouve dans différentes traditions : bouddhiste, hindouiste, orthodoxe, anthroposophe, philosophies antiques grecque et égyptienne, …
L’eschatologie individuelle est la discipline philosophique et théologique qui traite de la vie après la mort et des différentes formes que prend la destinée de l’âme post-mortem.
La science n’est pas concernée par ces disciplines.

 


↵ revenir à la liste des concepts utilisés en métaformie

concept suivant : perte d’identité →