Systèmes Assimilateurs de Vécus (SAV) ou chakras

 

 

Les systèmes assimilateurs de vécus, ou chakras dans la tradition indienne, seraient des vortexs, des « trous noirs » à l’échelle du corps humain. Ils sont considérés comme des centres communs aux 3 corps de l’anatomie psychique.

Ils sont censés capter les évènements que nous vivons, les ambiances que nous traversons et les retranscrire en données. Ils sont censés permettre d’assimiler ces évènements, émotions, fréquences, en souvenirs, ou de stocker les évènements non ou mal assimilés en mémoire dans l’organisme.

 

Chacun est associé symboliquement à une glande, chacun correspond un type d’évènement particulier :

Le premier chakra est le muladhara, « chakra de la racine ». Il se situe entre l’anus et le scrotum. Il est en lien avec le métabolisme, le système lymphatique et la vessie. Il est lié aux glandes surrénales.
Il correspond à tout ce qui est lié à l’enracinement et à la mère nourricière, à ce qui est « sécurisant » dans la matière. Il concerne l’expérience de la confiance, de l’assurance et de la force intérieure, ainsi que les domaines du travail, de la maison, de l’argent.

Le deuxième chakra est le hara, le centre de l’énergie. Il est établi qu’il est en lien avec les reins, l’appareil reproducteur, les intestins et le système immunitaire. Il régit l’activité des ovaires et des testicules (les gonades).
Il dispose du rapport à la créativité et aux plaisirs éprouvés à travers les sens (plaisirs nutritionnels, sexuels, sensuels, émotionnels, intellectuels, spirituels). Il concerne l’ouverture aux autres par l’échange et le contact, la patience, la compréhension, ainsi que la procréation, la famille et l’amour de la vie.

Le troisième chakra est relié au pancréas. Il est en rapport avec le foie et la vésicule biliaire ainsi que le système digestif.
Il concerne l’estime de soi, la sensation de liberté, la volonté, le désir, l’affirmation et le contrôle de soi. Il se rapporte au fait de prendre sa place, être bien avec soi-même et rayonner.

Le quatrième chakra est l’anahata, « chakra du cœur », il est en lien avec l’organe du cœur, le système circulatoire, les poumons et le thymus. Il aurait pour fonction la production des lymphocytes au début de la vie.
Il concerne la capacité d’aimer, de s’aimer et de se sentir aimé. Il est en lien avec l’acceptation de soi, de l’autre, de ce qui est, ainsi qu’avec la générosité et la capacité de pardonner, de s’unir, d’éprouver de la joie.

Le cinquième chakra est le vishuddha, « chakra de la gorge », centre du système respiratoire, en lien avec le fonctionnement de la glande thyroïde. Il est important pour le fonctionnement du cou, de la voix et des mains.
C’est le centre de la communication (dire et écouter). Il serait impliqué dans le fait de s’écouter, de suivre son intuition, et d’évacuer les émotions par le verbe.

Le sixième chakra est le troisième œil (sous forme d’organe « réel » chez certains animaux). Il est en lien avec l’hypophyse, et soutient la fonction des yeux et du système nerveux.
Il serait le siège de l’intuition, mais aussi de l’intelligence, de la mémoire, de la capacité à synthétiser les choses. Il permettrait d’aller au-delà de ce qui peut être expliqué par la raison.

Le septième chakra est le sahasrāra, « chakra coronal », il est en lien avec la glande pinéale (épiphyse). Son action porterait sur l’activité du cortex cérébral, sur la circulation de l’énergie dans le corps et sur les activités intellectuelles, la concentration et la mémoire, ainsi que sur la régulation des rythmes biologiques (saisons, sommeil, sexualité).
On suppose que c’est lui qui ouvre un accès à l’inconscient collectif et concerne la capacité à prendre conscience que nous faisons partie d’un tout, d’un univers, du cosmos. Il est en lien avec les spiritualités, et avec le sens que l’on peut donner à sa vie.

 

Traditionnellement, ils sont au nombre de 7, le Dr Brinette a ajouté les 3 vortexs A, B et C situés au niveau des jambes suite à ses recherches en étiomédecine : le A pour l’action, le B pour le partage, le C pour la joie de vivre.

 

 


↵ revenir à la liste des concepts utilisés en métaformie

concept suivant : mémoire ou souvenir →